Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

SAINTE ANNE D'AURAY Histoire et message
> Pour votre séjour > Pour votre pèlerinage galerie photo agenda

Premier lieu de pèlerinage breton, Ste-Anne d’Auray attire chaque année des milliers de pèlerins et touristes du monde entier notamment le jour du Grand pardon de Sainte Anne, le 26 juillet. Depuis la venue du Pape Jean-Paul II en 1996, plus de 600 000 visiteurs sont accueillis chaque année.

Histoire

L’histoire du sanctuaire de Sainte-Anne d‘Auray a débuté au XVIIe siècle, par les apparitions d’une « dame majestueuse », à Yves Nicolazic, pieux laboureur du village de Ker Anna. Cette femme est Sainte Anne, mère de Marie, grand-mère de Jésus. Dans la nuit du 25 au 26 juillet 1624, elle lui demande de reconstruire une chapelle qui lui était dédiée au VIe siècle. Après maintes enquêtes, les faits sont attestés et la chapelle est construite. La nouvelle se répand dans toute la Bretagne et les pèlerins se mettent en route vers Sainte-Anne d’Auray, donnant naissance au plus grand pèlerinage de la région. Au XIXe siècle, l’affluence est telle que la chapelle devient trop petite. Pour y remédier, la basilique est bâtie entre 1865 et 1872. Sainte Anne deviendra la patronne des bretons en 1914.

A voir, à visiter

La basilique (1865/1872) : dédiée à Sainte Anne, elle est le cœur du sanctuaire. L’architecte Desperthes a allié l’élan du gothique à la grâce de la Renaissance. A l’intérieur, les vitraux vous décrivent les grandes étapes de la vie du sanctuaire. L’autel de la dévotion à Sainte Anne présente une statue en bois doré de sainte Anne et Marie. Elle fait partie d’un retable composé de médaillons en marbre qui retracent la vie de Sainte Anne et de Joachim. Un reliquaire abrite un don d’Anne d’Autriche. Sur un des piliers du chœur, un bas relief représente Yves Nicolazic et ses compagnons découvrant miraculeusement la statue de la chapelle primitive dans la nuit du 7 au 8 mars 1625.

Le Cloître (1638-1641) : ce cloître construit par les pères Carmes est le monument le plus ancien du sanctuaire. Il se compose d’un déambulatoire et d’un étage supérieur où vivaient les pères. Le rez-de-chaussée était utilisé également par les pèlerins. L’ensemble est classé Monument historique.

La fontaine (1898) : lieu de la première apparition importante de Sainte Anne à Yves Nicolazic. Elle a été agrandie à la fin du XIXe siècle.

La Scala Sancta (1622) : pendant 300 ans, lieu de célébrations pour les grandes assemblées de plein air. A l’origine, elle était utilisée comme porte monumentale du sanctuaire et située sur l’actuel parvis de la basilique. Elle a été déplacée pierre par pierre lors de la construction de celle-ci.

Le Mémorial (1922-1932) : élevé en mémoire des Bretons victimes de la première Guerre mondiale.

L’espace Jean-Paul II : a été créé suite à la venue du pape le 20 septembre 1996.

Le musée du Trésor : abrite les exvotos c’est-à-dire les présents offerts en remerciement à Sainte Anne.

La maison Nicolazic : à 200m. de la basilique, abrite du mobilier breton et un oratoire.

Évènement 2016 : Une même date, un horaire unique pour un événement qui se déroulera en simultané dans les 17 villes membres de l’association des Villes Sanctuaires ; c’est ainsi que se déroulera la deuxième édition de la 25ème heure des Villes Sanctuaires, le 29 octobre.
Rechercher