Histoires et légendes

 Vous avez envie de partir, d'être dépaysé. Quelles découvertes vous attendent dans ce qui fût pendant des siècles le lieu d’un des plus grands pèlerinages d’occident : Le Mont-Saint-Michel.
 

Le rocher de granit sur lequel s’est développée la cité médiévale du Mont-Saint-Michel telle qu’on la connaît aujourd’hui n’a pas toujours été entouré d’eau. Si on remonte à -20 000 ans, la mer de la Manche n’existait pas. Les paysages ressemblaient alors à ceux de la Finlande, forêts et rivières sous un climat périglaciaire. Ce n’est que vers -9 000 que la mer commence à s’engager dans la baie conséquence de la fonte de l’énorme glacier scandinave. 

Mille ans plus tard, le Mont Tombe (tumulus ou tombeau) comme on l’appelait autrefois, a les pieds dans une eau qui affleure les collines de Carolles situées un peu plus au nord. Progressivement le climat devient océanique tempéré, la montée des eaux ralenti, le fond de la baie se comble par sédimentation. Entre -2 500 et le XIème, date de construction de la première digue, son aspect va peu se modifier.

La circonférence du rocher est d’environ 960 mètres contre 80 mètres de hauteur. Ce sont des ermites qui décidèrent en premier de s’y installer pour remplacer un probable lieu de culte païen.

Quelques dates à retenir

A partir de 708, un premier oratoire est construit par saint Aubert, évêque d’Avranches en l’honneur et à la demande de l’Archange saint Michel qui visite ses songes à plusieurs reprises. C’est au cours de la troisième visite que l’archange apposera son « doigt » sur le front d’Aubert y laissant même un trou dans le crâne du Saint.

Autour de 966, le duc de Normandie décide de faire ériger au dessus de l’église primitive, une abbaye préromane vouée à accueillir une communauté bénédictine ayant à sa tête un moine de Saint-Wandrille. Le Mont devient l’un des premiers pèlerinages du monde chrétien.

De 1023 à 1084, construction de l’abbaye romane. 

XIème siècle, construction de la petite église Saint-Pierre. Elle est restaurée au XVème et XVIème siècles. Avec son toit couvert d’ardoise et son petit clocher décentré par rapport à la nef, elle constitue l’église paroissiale et le lieu de culte du Sanctuaire.

Au XIIème siècle, le pèlerinage connait son apogée avec l’abbé de Thorigny conseillé privé d’Henri II roi d’Angleterre. On y vient pour demander à saint Michel de mettre les âmes sur le chemin du paradis.

XIIIème siècle, la prouesse d’architecture gothique appelée « la Merveille », élevée sur plusieurs niveaux et visible en façade nord du Mont, est achevée. Elle comprend : l'Aumônerie et le Cellier au rez de chaussée ; la salle des hôtes et le Scriptorium au premier étage ; le Réfectoire et le Cloître au sommet.  

En 1421, le chœur roman de l’abbatiale s'effondre. Il sera reconstruit dans le style gothique au siècle suivant. Sa reconstruction s’achève en 1521

A la Révolution Française toutes les cloches du Mont, sauf une, sont fondues. Même si les pêcheurs n’ont plus besoin d’elle pour s’orienter en cas de brume, la « cloche des brumes » sonne toujours du haut de l’abbaye. 

A partir de la Révolution Française l’abbaye du Mont se transforme en prison. Elle le restera jusqu’en 1863. Armand Barbès, républicain français opposant à la monarchie, et Auguste Blanqui révolutionnaire socialiste français.

En 1874, l'abbaye du Mont-Saint-Michel est classée monument historique, de longs travaux de restauration démarrent.

En 1878, le Mont est relié à la terre par une digue route insubmersible.

En 1897, la statue de saint Michel, réalisée par le sculpteur Frémiet, rejoint le sommet de la flèche.

En 1966, le millénaire fêtant l’arrivée des moines bénédictins au Mont permet le retour d’une petite communauté sous la responsabilité du Père Bruno de Senneville, moine du Bec-Hellouin.

En 2001, après le départ de la communauté bénédictine, les fraternités monastiques de Jérusalem, implantées dans les villes selon leur vocation « au cœur des villes, au cœur de Dieu », s’installent sur le Mont. 
 

Intérieur de l'église Saint-Pierre
Intérieur de l'église Saint-Pierre
L'archange saint Michel
L'archange saint Michel
Vue sur la façade nord et la Merveille
Vue sur la façade nord et la Merveille
le réfectoire de l'abbaye
le réfectoire de l'abbaye
Le barrage sur le Couesnon
Le barrage sur le Couesnon
lundi
10 décembre
4° / 10°