Pèlerinages à Saint-Maximin et à la Sainte-Baume

Première région à avoir été évangélisée, haut lieu de pèlerinage, la Sainte-Baume invite à découvrir une femme libérée, disciple, apôtre et sainte, Marie-Madeleine.

Un peu plus de quatre heures à pied, 40 minutes en voiture, séparent les deux lieux de cultes qui composent le sanctuaire de Saint-Maximin et celui de Plan-d'Aups. Une somptueuse basilique et une grotte dans la roche du massif de la Sainte-Baume. 

L’hostellerie de la Sainte-Baume date de 1859, maison religieuse gérée par les frères dominicains, elle héberge, restaure, accueille les prières, et offre un point de départ idéal pour marcher vers la grotte, seul ou en procession. Un cheminement de quarante-cinq minutes en plaine puis sur les pentes forestières, pendant lequel, le chant des oiseaux, celui du vent dans les feuillages accompagnent l’effort de l’ascension. Marcher dans les pas des rois pèlerins avant nous. 

Accroché à l’immense falaise le sanctuaire se dessine. Le pèlerin laisse alors derrière lui les chênes, hêtres, et autres arbres séculaires pour escalader l’escalier de 150 marches, dernier exercice avant de se recueillir dans le lieu sacré, s’autoriser une confidence à Marie-Madeleine. 

A l’issue du dernier virage, la douzième station du chemin de croix se dresse en un immense calvaire, la plaine s’étend en contrebas quand la montagne Sainte-Victoire s’offre toute entière. 

Sur le parvis, d’un côté, le couvent où un frère dominicain veille 24h sur 24 chaque jour de l’année, de l’autre côté, la maison du pèlerin, et au centre quelques marches pour entrer dans la grotte et découvrir Marie-Madeleine à la suite d’illustres et royaux pèlerins. 

A l’intérieur, sombre et silencieuse, une cavité impressionnante, la lumière de l’extérieur pénètre au travers de vitraux, réalisés par un Compagnon du Devoir, illustrants les évènements qui ont marqués la vie de Marie-Madeleine. Dans les rayons bleus, rouges des vitraux, dans la lueur fragile des bougies, le regard se pose sur les reliques et le coeur s’ouvre à la confession, à l’espoir et au pardon.

Le personnage de Marie-Madeleine est complexe, même multiple, tantôt Marie Béthanie, Maria Magdala, ou pécheresse pardonnée, à la Sainte Baume on la retrouve unifiée, figure du pardon, et amie de Jésus dont elle diffusera la parole, témoin de sa résurrection. Elle choisit de vivre en ermite dans la prière et la contemplation pendant les trente dernières années de sa vie. Son tombeau est retrouvé en 1279, lors de fouilles ordonnées par Charles II, à l’emplacement de l’actuelle basilique de Saint-Maximin à trente kilomètres de la grotte de la Sainte-Baume. 

La basilique est un édifice d’une ampleur impressionnante : 73 mètres de long, 37 mètres de large et 29 mètres de haut, un couvent lui est accolé. Elle est le plus vaste ensemble gothique en Provence. Le chœur, le retable, les orgues, la chair interpellent par leur taille. S'il monte vers la grotte, ici, le pèlerin descend dans la crypte pour un hommage solennel en tête à tête avec le crâne relique de Marie-Madeleine.

Que demande-t-on à Sainte Marie-Madeleine ?

Sa figure reste très actuelle pour ceux qui pensent qu’il ne sert à rien d’enfermer une personne dans un rôle, de lui coller une étiquette à vie. Marie-Madeleine a été libérée de ses démons, des sept péchés, Jésus l’a sauvée, il a pardonné. Elle est le symbole de l’amitié de part celle qu’elle entretenait avec Jésus. 

Parmi les 400 000 visiteurs qui passent au sanctuaire chaque année, il y a des pèlerins qui viennent déposer leur fardeau espérant le pardon, la renaissance, l’énergie pour poursuivre. Des hommes ou des femmes adultères, des parents en deuil, juste un besoin de parler. Certains disent qu’il y a de la magie à la Sainte-Baume, de la passion, de la force, on assiste à des conversions incroyables. 

Au sanctuaire de Saint-Maximin et de la Sainte-Baume, le pèlerin s’apprête à faire l’expérience de la grâce de Dieu dans la prière, de la réconciliation et de la joie partagée. Il espère le miracle d’une guérison, si souvent accordée par l’intercession de Marie-Madeleine d’après le récit du XVème siècle, de Jean Gobi, second prieur du couvent de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume. 

Le sanctuaire est actuellement rattaché au diocèse de Fréjus-Toulon. 
Il est ouvert toute l'année et chaque jour pour : messe, adoration, chapelet, vêpres et complies.

Entrée de la grotte
Entrée de la grotte
Grotte Sainte-Marie-Madeleine
Grotte Sainte-Marie-Madeleine
Ex voto
Ex voto

Accueil des pèlerins aux sanctuaire de Saint Maximin et de la Sainte Baume 

Contact : 

Sanctuaire de la Sainte-Baume
2200, CD 80 Route de Nans 
83640 Plan-d'Aups-la-Sainte-Baume
+33 (0)4 42 04 54 84

Basilique Sainte-Marie-Madeleine
6 place Jean Salusse
83470 Saint-Maximin-la-Sainte-Baume
+33 (0)4 94 78 00 19

Les temps forts : 

Mars

  • Pèlerinage des motards
  • Camp “au cœur des hommes”
  • Un cœur sur la France
  • Week-end pour les fiancés
  • Triduum pascal 

Mai

  • Pèlerinage de Pentecôte
  • Camp “au cœur des hommes”
  • Juillet : les fêtes traditionnelles de Marie-Madeleine
  • Noël provençal : montée aux flambeaux et messe à la Grotte
  • Vigiles de la mère de Dieu : pour passer un nouvel an différent. Montée aux flambeaux et vigiles à la Grotte.
     
jeudi
15 novembre
12°
11° / 17°