Pèlerinage à Thierenbach

Dans le département du Haut-Rhin, en Alsace, un sanctuaire, celui de Thierenbach. Un haut lieu de pèlerinage pour rencontrer la Vierge Marie, écouter son message d’espoir.

Pourquoi venir en pèlerinage à Thierenbach ?

Environs 150 000 touristes et pèlerins rejoignent chaque année la basilique pour prier Marie, ou simplement se ressourcer dans un cadre beau et silencieux.

Niché au creux du petit vallon de Murbach, dans le massif des Vosges, le Sanctuaire est bordé de prairies et de forêts. Ce joyau spirituel de Haute-Alsace est entouré de nombreuses autres églises, comme l’Abbaye de Murbach ou l’église romane Saint-Léger de Guebwiller... Profanes ou croyants sont invités à communier avec la nature.

A partir de Jungholtz, village typique du piémont alsacien, on s’éloigne d’une centaine de mètres pour atteindre la basilique, loin des grands axes routiers. Depuis le cimetière israélite, l’édifice sobre et son clocher en bulbe indiquent la direction aux pèlerins.

Au terme de quelques marches, on accède au parvis de la basilique. Une fois la porte poussée, un décor baroque, dorures, murs blancs aux arêtes soulignées par un léger décor végétal, vient en contraste avec la sobriété des murs extérieurs. Le pèlerin s’apprête à trouver sa lumière intérieure. Tout ici rend hommage à la Vierge Marie, qui, en 1125, dans sa grande bonté, a intercédé en faveur de la guérison d’un jeune homme de Soultz venu la prier en dernier recours, alors qu’il était atteint d’une maladie jugée incurable.
D’une noble famille, le garçon aurait cédé tous ses biens pour voir construire à Thierenbach une église où Marie pourrait répandre toutes grâces et y être remerciée, comme en témoignent les quelques 850 ex-voto qui recouvrent les murs. Ils remercient d'une guérison le plus souvent, et reflètent les préoccupations populaires alsaciennes au fil des siècles, car le plus ancien est daté du XVIIème siècle.

Dans l’abside nord, sur l’autel de la compassion, on contemple la Pietà, son ample robe, son fils Jésus gisant entre ses bras, son regard à la fois triste et songeur. Depuis six siècles, elle invite le visiteur à laisser parler son cœur. 

Dans le calme de la Chapelle des Confessions, accessible depuis la nef de la basilique, ont lieu les offices religieux hebdomadaires.
 

Basilique de Thierenbach
Basilique de Thierenbach

Que demande-t-on à la Pietà de Thierenbach?

On dit que l’on ne vient pas à Thierenbach par hasard, et que bien souvent on y revient. Certains l’appellent aussi “ Vierge Miraculeuse ” ou “ Vierge Douloureuse ”, mais si les dénominations sont multiples on y vient dans un même but, l’implorer pour qu’elle nous guide sur le chemin du bonheur.

A ces côtés on se sent en paix, et dans la joie de Dieu qui entend et pardonne.
A Thierenbach, on prie Marie, le plus souvent, pour demander la guérison d’un adulte ou d’un enfant. Elle accompagne, soulage les difficultés du quotidien. Les tableaux votifs, images ou reproductions, les plaques de bois ou de marbre, expriment la gratitude ou traduisent une profonde prière. On observe, en ces lieux,  son soutien pendant la guerre, dans la vie des couples, et les accidents de la vie personnelle ou professionnelle.

Le Sanctuaire est rattaché au diocèse de Strasbourg.
Il est ouvert toute l’année pour messes, chapelets et confessions
 

Pietà
Pietà
Chapelle des Confessions
Chapelle des Confessions

Accueil des pèlerins au sanctuaire de thierenbach : 

Contact : +33 (0)3 89 76 95 66
E-mail : pelerinage.thierenbach@wanadoo.fr

Les temps forts : 

En mai

Le pèlerinage des "gens du voyage" et des portugais

En juin

Le pèlerinage des Polonais
Le pèlerinage des malades et personnes âgées

En septembre

Le pèlerinage des religieux et religieuses d’Alsace

En octobre

Le pèlerinage de l'Union Nationale des Combattants 
 

jeudi
15 novembre
1° / 11°