Histoires et légendes

Nevers, petit retour dans l’histoire d’une ville des bords de Loire.

Vous avez envie de partir, d'être dépaysé. Quelles découvertes vous attendent à Nevers, dans cette ville à taille humaine ? Une sainte dévouée aux autres, un décor digne d’un film de capes et d’épées ou encore une faïence centenaire qui n’a rien perdu de son élégance.

Nevers la ligérienne

Nevers la ligérienne s’est développée sur une colline à proximité de la confluence de la Loire et de l’Allier. 5000km de cours d’eau traversent le département de la Nièvre. Eau favorable à l’épanouissement des cultures et des forêts giboyeuses, mais capricieuse et hostile lors des crues. De l’argile qui compose le sol, on voit naître l’activité de poterie.

Antiquité

Comme d’autres villes implantées sur les bords de Loire, Nevers est fondée par un peuple celtes, ici les Eduens. Elle porte peut-être à la fin de l’époque gallo-romaine le nom de Noviodunum.  
La ville est évangélisée autour du IIIème siècle. L’Abbaye bénédictine Notre-Dame de Nevers est fondée trois cents ans plus tard entre 624 et 630.  
Le territoire subit les invasions successives des Alamans, des Francs puis des Sarrasins. 

Autour du VIIIème siècle, le Nivernais n’est pas encore sous l’autorité de la couronne, mais ça ne va pas tarder.
 

Nevers à proximité du Bec d'Allier
Nevers à proximité du Bec d'Allier

Quelques dates à retenir :

Moyen-Âge

VIème siècle, début de la construction de la cathédrale Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte de Nevers

En 802, création du comté de Nevers

En 1068, les moines bénédictins de Cluny entreprennent la construction d’un prieuré. Le 13 décembre 1097, l’église est terminée. L’église Saint-Etienne reste, aujourd’hui, l’une des églises romanes les mieux conservées de France.

En 1194, la ville se pare de fortifications. Subsistent quelques vestiges encore visibles, comme la porte du Croux.

En 1464, Jean de Bourgogne, dit de Clamecy du nom de la ville où il est né, hérite, à la mort de son frère Charles, du comté de Nevers. Un château, futur palais ducal, y est édifié à sa demande. 

En 1491, Le château est à peine achevé, Jean de Clamecy décède le 25 septembre de cette même année. 

L'époque moderne

En 1538, le comté est transformé en duché, c’est la famille de Clèves qui prend la relève pour apporter les finitions au château. François 1er de Clèves est alors uni à Marguerite de Bourbon. C’est par son mariage avec Henriette de Clèves, en 1565, que l’italien Louis Gonzague se verra confié le duché de Nevers.

A la fin du XVIème, une activité de poterie non émaillée est déjà développée à Nevers. Louis Gonzague implante le savoir-faire de la faïence en faisant venir d’Italie des maître faïenciers.

Au début du XVIIème siècle, la ville de Nevers détient le monopole de la production de faïence du royaume. La production est acheminée par bateau via la Loire.
 
En 1659, le cardinal Mazarin achète le duché de Nevers dont héritera son neveu Philippe Mancini.

L'époque contemporaine

En 1810, Le château et ses dépendances sont vendus à la municipalité par l'héritière du dernier duc de Nevers. 

En 1840, le palais ducal est classé monument historique. 

En 1858, l’Immaculée Conception apparaît 18 fois à Bernadette Soubirous aux abords de la grotte Massabielle de Lourdes.

Le 7 juillet 1866, Bernadette rejoint la congrégation des soeurs de la charité au Couvent Saint-Gildard de Nevers. Elle se consacre aux malades, à la prière, et souvent souffrante, à se soigner.

Le 16 avril 1879, Bernadette meurt à l’âge de 35 ans. elle est inhumée dans le jardin de la chapelle saint Joseph.

Le 14 juin 1925 béatification de Bernadette Soubirous. Elle est canonisée le 8 décembre 1933 par le pape Pie XI. Son corps exhumé à trois reprise est dans un “état de conservation extraordinaire”. Après avoir été embaumé, il est exposé dans une châsse de verre est de Bronze dans la chapelle du couvent.

En 1991, se déroule la première course sur le circuit de Nevers-Magny-cours. La dernière aura lieu en 2008.

La ville de Nevers compte aujourd’hui 34 228 habitants (recensement de 2015).

Localisée à moins de 3 heures de Paris, sur les bords de Loire, elle bénéficie d’un réseau routier qui permet d’accéder facilement du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. 
Elle attire les touristes grâce au tourisme fluvial sur le canal latéral à la Loire, mais aussi de par la proximité du Parc Naturel Régional du Morvan. Ce sont également 400 000 pèlerins qui viennent chaque année découvrir Bernadette Soubirous.
 

Eglise Saint-Etienne
Eglise Saint-Etienne
Le Palais ducal de Nevers
Le Palais ducal de Nevers
Nevers détient le monopole de la production de faïence
Nevers détient le monopole de la production de faïence
Grotte de Massabielle à Lourdes
Grotte de Massabielle à Lourdes
Bernadette Soubirous
Bernadette Soubirous

Légende

Le songe de Charlemagne 

La légende raconte qu’une nuit, le roi et empereur des Francs, fit un rêve étrange :
Seul dans la forêt, alors qu’il chassait, un sanglier plutôt énervé lui fît face, il implora le ciel de lui venir en aide. C’est alors qu'apparut un enfant. Celui-ci promit de lui venir en aide, si en échange, Charlemagne lui offrait un voile pour couvrir son corps nu. L’empereur s’accomplit et aussitôt l’enfant monta sur le dos du sanglier, puis s’approcha suffisamment du Roi pour que la bête soit transpercée d’un coup d’épée.
 
Les faits se situent à la fin du VIIIème siècle. Charlemagne convoque les évêques pour obtenir une explication à cet horrible cauchemar. Jérôme, l’évêque de Nevers, voit là une opportunité de trouver un financement pour rénover et agrandir l'église de Nevers dédiée à saint Cyr, l’enfant martyr et à sa mère Julitte. Il explique à l’empereur que l’enfant qu’il a vu est saint Cyr et que le voile symbolise la rénovation et l’agrandissement de l’église ainsi que la restitution de ses biens. Il obtiendra satisfaction.
 
Ce songe est sculpté sur un chapiteau de la grande nef de la cathédrale de Nevers. Le sanglier et le prince armé d’un glaive cherchant à tuer l’animal sur lequel l’enfant est assis.
 

lundi
10 décembre
6° / 8°