Le message du sanctuaire de Nevers

Rejoindre le centre de la France pour vénérer le corps intact de sainte Bernadette à Nevers. Se sentir accueilli tel que l’on est :  “Dieu aime chacun d’entre nous”. Découvrez l'ADN, le message du sanctuaire de Nevers.

Qui est à l’origine de la fondation du sanctuaire, son contexte de vie ?

Le cœur du sanctuaire, c’est sainte Bernadette, venue à Nevers après les apparitions de la Sainte Vierge, et de la présence de son corps conservé intact, dans la chapelle de l’Espace Bernadette. La maison est construite au milieu du XIXeme siècle, pour accueillir la Maison Mère de la Congrégation des sœurs de la Charité de Nevers ainsi que le Noviciat. Cette congrégation de vie apostolique est fondée au XVIIeme siècle par Jean-Baptiste Delaveyne. Il a souhaité des sœurs, non pas derrière les grilles d’un monastère, mais vivant avec les populations.

Quel est le message véhiculé depuis toujours par le sanctuaire ?

La spiritualité des sœurs de la Charité de Nevers est de manifester au monde la tendresse de Dieu, la Charité du Père, auprès des plus défavorisés. Vie de prière et vie d’engagement sont les pôles qui caractérisent cette forme de vie religieuse.
Bernadette Soubirous arrive à Nevers le 7 juillet 1866, 8 ans après les apparitions à la grotte de Massabielle elle choisit de suivre sa vocation religieuse chez les soeurs de la Charité de Nevers. Après le temps du Noviciat, elle reçoit l’emploi d’aide-infirmière et reste à Nevers pour travailler dans les infirmeries de la Maison Mère de la congrégation. Elle partage ce temps à l’infirmerie avec son « emploi de malade ».
Que ce soit comme infirmière, comme sacristine ou comme malade, le quotidien de Bernadette est aussi rempli de la prière. Elle exprime son souhait de tourner chacune de ses paroles, de ses pensées et de ses actions vers l’amour de Dieu et du prochain ainsi  « Je ne vivrai pas un instant que je ne le passe en aimant. »
Le culte public de Bernadette ne commence officiellement qu’en 1925 au moment de sa béatification, mais sa renommée et l’attraction du Couvent Saint-Gildard remonte bien avant cette date. Au moment de sa mort en 1879, le bruit court dans Nevers et les environs que la sainte est morte et alors que son corps est exposé à la vénération des fidèles pendant trois jours dans la chapelle, les foules accourent, chacun venant “avec les outils de la vie quotidienne”. Après son inhumation dans la chapelle Saint-Joseph dans le jardin, les pèlerins continuent d’affluer. C’est l’affluence des pèlerins qui entraîne une nouvelle organisation pour accueillir les trains de pèlerinages qui arrivent.

Quelles sont les valeurs qui y sont transmises depuis les origines ?

À Nevers, on découvre la vie simple et humble de Bernadette Soubirous devenue sœur Marie-Bernarde, elle parle à chacun, en particulier aux plus petits. À travers le choix de Bernadette, on comprend que Dieu dit que chacun est important. À Nevers, l’accent est mis pour accueillir chacun : riche ou pauvre, sur ses deux pieds ou malade, croyant, athé ou en recherche, seul, en famille ou entre amis. Le visiteur quel qu’il soit est toujours le bienvenu. Les pèlerins découvrent que Lourdes et Nevers sont indissociables, que rencontrer Bernadette à Nevers permet de mieux comprendre le message de Lourdes, elle accomplit ici ce qu’elle a découvert à Lourdes.

Quelle est l’offre qui exprime la singularité du sanctuaire ? Ce qu’on y célèbre, la structure interne, les compétences, comment y est-on accueilli ?

Le sanctuaire a à coeur de faire entrer le pèlerin dans le chemin humain et spirituel de Bernadette. Les sœurs, les bénévoles et les salariés du sanctuaire continue de diffuser ce chemin qui rejoint chacun au plus profond.
Le sanctuaire dispose aussi d’une grande capacité d’accueil (hôtellerie) pour les groupes et les individuels et un restaurant pour tout un chacun.

La Grotte
La Grotte
lundi
10 décembre
6° / 8°