Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

PARAY LE MONIAL Histoire et message
> Pour votre séjour > Pour votre pèlerinage galerie photo agenda
JPG - 35 ko
Basilique du Sacré Coeur

Un patrimoine roman :

Paray-le-Monial est né autour d’un monastère vers 970. Au début du XIIème siècle, saint Hugues de Semur, grand abbé-bâtisseur de l’ordre de Cluny met en chantier l’église que nous connaissons aujourd’hui. Ayant survécu à la Révolution après le départ des moines grâce à son rachat par la ville, l’église priorale est restaurée à partir de 1856 par Eugène Millet, disciple de Viollet-le-Duc. Érigée au rang de basilique du Sacré-Cœur par Pie IX en 1875, l’église est à présent paroissiale. Ce monument essentiel en Bourgogne représente le modèle le plus abouti de l’architecture romane clunisienne. Pour la découvrir dans son intégralité et de la manière la plus complète possible, des visites guidées avec un guide conférencier sont organisées tous les jours pour les individuels à 14h30 en Juillet et en Août.

La Cité du Sacré-Cœur :

C’est à Paray-le-Monial que Jésus apparaît à sainte Marguerite-Marie Alacoque (1647-1690), lui dévoilant Son Cœur « brûlant d’amour pour tous les hommes ». Jeune fille de la région, Marguerite-Marie entre au monastère de la Visitation de Paray-le-Monial en 1671. Elle a de nombreuses apparitions, authentifiées par son confesseur jésuite, saint Claude La Colombière. Jésus demande l’instauration de la fête du Sacré-Cœur, qui a lieu chaque année en juin. À la suite de ces apparitions, la spiritualité du Sacré-Cœur se répand dans le monde entier. Sainte Marguerite-Marie a été canonisée le 13 mai 1920 et saint Claude La Colombière le 12 mai 1992.

À la découverte de la ville :

Paray-le-Monial, c’est aussi un cœur de ville où l’on peut flâner, à la découverte des principales curiosités : la Maison Jayet (actuel hôtel de ville) édifiée à la Renaissance par un marchand drapier, la Tour Saint-Nicolas (XVIIème) ancienne église paroissiale, désormais lieu d’exposition, la Chapelle de la Visitation (XVIIème et XIXème) lieu des apparitions du Sacré-Cœur et la Chapelle de La Colombière édifiée en 1930 par les Jésuites pour célébrer le bienheureux Claude La Colombière. On peut y découvrir le plus ancien musée d’art sacré en France : le Musée Eucharistique du Hiéron. Il présente un parcours thématique retraçant deux millénaires d’histoire du christianisme et propose un accueil spécifique pour les enfants. Le patrimoine industriel de la ville est conservé au Musée Paul Charnoz. De cet héritage, un pôle important de mosaïque s’est développé avec l’association « M Comme Mosaïque » qui propose stages et expositions internationales.

Un havre de paix :

Cette ville fleurie, quatre fleurs, offre plusieurs promenades au gré des jardins. On appréciera la traversée de la ville par la coulée verte permettant ainsi de longer la Bourbince et le canal du Centre jusqu’au Moulin Liron. On accède aux sentiers de randonnées pour cheminer à son rythme, au gré de petites routes et chemins ombragés.

En ligne :

- www.sanctuaires-paray.com
- www.tourisme-paraylemonial.fr

Évènement 2016 : Une même date, un horaire unique pour un événement qui se déroulera en simultané dans les 17 villes membres de l’association des Villes Sanctuaires ; c’est ainsi que se déroulera la deuxième édition de la 25ème heure des Villes Sanctuaires, le 29 octobre.
Rechercher