Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

PONTMAIN Histoire et message
> Pour votre séjour > Pour votre pèlerinage galerie photo agenda

C’est à la croisée des provinces du Maine, de la Bretagne et de la Normandie que se niche Pontmain, village pittoresque, dans lequel la Vierge Marie est apparue à des enfants.

Avec les défaites successives de Napoléon III, lors de la guerre franco-prussienne, l’avancée de l’ennemi jusqu’aux portes de Laval, la peur règne à Pontmain, d’autant que 38 jeunes sont partis combattre.

L’angoisse est telle que le dimanche 15 janvier personne n’a le courage d’entonner le cantique habituel Mère de l’Espérance. L’intervention de l’abbé Guérin, curé depuis 1840, avec sa foi inébranlable en la Vierge Marie, réconforte les fidèles et chants et prières s’élèvent comme de coutume.

Le 17 janvier, à cinq heures et demie du soir et pendant plus de trois heures, la Vierge Marie illumine le ciel étoilé de Pontmain. Elle livre son message plein d’espérance ; lettre après lettre, lu et épelé par quelques enfants, il s’inscrit sur une banderole

MAIS PRIEZ MES ENFANTS DIEU VOUS EXAUCERA EN PEU DE TEMPS
MON FILS SE LAISSE TOUCHER

Le message terminé, les enfants voient un nouveau signe. La Vierge Marie présente un grand crucifix rouge d’environ 40 centimètres qu’elle tient à deux mains, légèrement incliné. A la partie supérieure, sur un écriteau blanc se détachent les mots « JESUS-CHRIST »…

La Vierge Marie

La Belle Dame est vêtue d’une robe bleue parsemée d’étoiles d’or. Sur sa tête, couverte d’un voile noir retombant en arrière, repose une couronne d’or rehaussée d’un liseré rouge. Autour d’elle, trois étoiles étincelantes, disposées en triangle, marquent le haut de la vision.

Les voyants

Eugène Barbedette (12 ans) et son frère Joseph (10 ans) qui aident leur père à piler des ajoncs dans la grange sont les premiers à découvrir cette « Belle Dame » qui les regarde en souriant. Les religieuses, appelées par la mère Barbedette, arrivent accompagnées de petites pensionnaires dont deux voient cette Belle Dame.

Une assemblée paroissiale d’adultes (qui tous voient les trois étoiles) et d’enfants se retrouve devant la grange et une veillée de prière est animée par l’abbé Guérin et les religieuses. Peu de temps après la prière du soir, un grand voile blanc monte à partir des pieds de Marie et peu à peu la recouvre entièrement. « C’est tout fini » disent les enfants.

Chacun retourne chez soi, le cœur apaisé.

Onze jours plus tard, l’armistice est signé ; les prussiens ne rentrent pas dans Laval ; des grâces de toutes sortes sont obtenues et le 2 février 1872 Monseigneur Wicart déclare : « Nous jugeons que l’Immaculée Vierge Marie, Mère de Dieu, a véritablement apparu le 17 janvier 1871, à Eugène et Joseph Barbedette, Françoise Richer et Jeanne-Marie Lebossé dans le hameau de Pontmain. » Par la suite, les deux enfants Barbedette deviennent prêtres, Jeanne-Marie Lebossé religieuse et Françoise Richer au service de l’Eglise.

Évènement 2016 : Une même date, un horaire unique pour un événement qui se déroulera en simultané dans les 17 villes membres de l’association des Villes Sanctuaires ; c’est ainsi que se déroulera la deuxième édition de la 25ème heure des Villes Sanctuaires, le 29 octobre.
Rechercher